Graduel

Graduel de Saint-Dié-des-Vosges,

Manuscrit  XVème-XVIème 

Ce manuscrit liturgique de la collégiale de Saint-Dié-des-Vosges, fin XVème, début XVIème (datation estimée : 1494-1515), contient les parties chantées de la messe :

Le Temporal : cursus de l'année liturgique

Le Sanctoral : fêtes de haute solennité, dont les fêtes mariales et celles de saints locaux

De 1487 à 1496, le chapitre de Saint-Dié, sous l'autorité du Prévot Didier de Birstorf, développe la musique : construction de l'orgue, établissement d'un maître de musique. Le Graduel s'inscrit, semble-t-il, dans cette nouvelle dynamique.

Ouvrage monumental (0,75 mètres de haut, 0,54 mètres de large, poids 53kg), le Graduel était, à l'origine, installé sur un lutrin pour une lecture collective et à distance, ce qui explique la grandeur des caractères (notes, textes). Il se présentait en deux volumes. Ce n'est qu'au XVIIIème siècle qu'il apparaît sous la forme que nous connaissons.

Le Graduel compte 361 feuillets, dont 22 pages enluminées. Les 2200 petites initiales décoratives (cadelées, à fioritures, ornées de fond doré, filigranées...) témoignent de la diversité des inspirations (influences française, italienne, rhénane)

Cette oeuvre originale et exceptionnelle surprend par la variété de son iconographie et l'éxubérance des motifs.

A ce jour, trois campagnes d'enluminures ont été identifiées :

- 1er maître de Laurent Pillard

- 2nd maître de Laurent Pillard

- Le maître des Entrées Parisiennes (auteur de la célèbre page des mines, cf: page 677, Folio 338r)

Les écussons et armoiries qui figurent au bas des 22 pages enluminées donnent des indices sur les commanditaires (armes du chapitre, de Laurent Pillard, de la famille de Reynette, de Vautrin Lud...)

En usage pendant trois siècles, le Graduel a subi de nombreuses modifications liées à l'histoire politique et religieuse du diocèse de Toul.

 Consultez le graduel

Ce document est présenté dans la salle du Trésor de la médiathèque Victor Hugo pendant les heures d'ouverture.